IL FAUT L’AVOIR VÉCU POUR LE COMPRENDRE…

Gérer une expatriation ne peut se limiter à un suivi administratif…

Gérer des expatriés signifie que l’entreprise souhaite gérer son développement international. Si cette gestion n’est que technique, autant dire que l’entreprise perd toute la richesse de ce type d’organisations : échange des bonnes pratiques, grilles de lectures différentes pour gérer la communication, le management, la créativité, l’organisation, un projet…

Depuis le temps que nous discutons avec différents directeurs des ressources humaines et responsables de la mobilité internationale de grands groupes, nous nous sommes rendu compte que 90% de ces derniers, dont le métier est de gérer des expatriés, n’ont jamais connu l’expatriation eux-mêmes.

Ce constat amène deux réflexions :

1- Dans la plupart des entreprises, la gestion des expatriés n’est qu’une gestion administrative, fiscale et logistique. Combien de responsables de la mobilité internationale sont agacés lorsque cela fait la nième fois que l’épouse de l’expatrié téléphone, désespérée, car le déménagement est bloqué en douane et qu’elle doit se débrouiller seule dans une langue qu’elle ne maîtrise pas avec un douanier obtus, alors que son mari est en déplacement d’affaires. Ces lignes rappelleront à la plupart des expatriés un des moments de grandes solitudes que nous avons tous vécus à l’expatriation.

2- Une fois dans son pays d’accueil, loin du siège de son entreprise, l’expatrié se sent seul et abandonné lorsqu’il est confronté à des problèmes de management et d’interculturel, souvent liés. Il n’a aucun interlocuteur à qui en parler. L’expatrié se retrouve seul face à ses problèmes. En effet, comment expliquer à son supérieur hiérarchique qu’il rencontre des problèmes de communication, de management ou autre avec ses subordonnés ou sa hiérarchie locale ?

D’après l’étude réalisée par la société d’avocats HSD Ernst & Young, sur un échantillon de 1229 expatriés, les chiffres sont éloquents et parlent d’eux mêmes :

– 40% des expatriés n’ont bénéficié, avant leur départ, d’aucun entretien avec le responsable de la gestion des expatriés de leur groupe,
– Parmi ceux qui avaient besoin d’une formation linguistique avant leur départ, ils ne sont que 29% à avoir reçu une formation suffisante,
– Quant aux séminaires de préparation à l’expatriation – formation interculturelle, seuls 11% en ont bénéficié,
– 40% des expatriés ne savaient pas véritablement à quoi s’attendre concernant leur futur environnement professionnel et social.

La gestion du retour est complètement oubliée des entreprises : 50% des expatriés ignorent ce qui suivra après leur expatriation et 41% de ces derniers se disent plutôt ou très préoccupés par la fin de leur expatriation.

Ce manque d’intérêt de la part des entreprises pour leurs cadres internationaux, ceux qui leur permettent d’avoir cette dimension internationale, a des conséquences importantes :

– 8% des expatriés désirent, à la fin de leur expatriation, réintégrer leur pays d’origine mais pas le groupe actuel.
– 8% des expatriés désirent, à la fin de leur expatriation, ne réintégrer ni leur pays d’origine ni le groupe actuel.
– 16% des expatriés désirent, à la fin de leur expatriation, ne pas réintégrer leur pays d’origine mais rester dans le même groupe.
– 30% des expatriations sont des échecs pour mauvaise ou pas de préparation avant le départ.

Certaines sociétés ont mis en place une vraie stratégie avec séminaires de préparation à l’expatriation, suivi et coaching une fois sur place, préparation et gestion du retour. Malheureusement, elles sont vraiment trop peu nombreuses.

8 comentarios en “IL FAUT L’AVOIR VÉCU POUR LE COMPRENDRE…

  1. Bonjour!
    article surprenant!
    je suis en train de faire mon travail de fin d’étude sur l’intégration des cadres/travailleurs brésiliens dans des entreprises en Belgique et au Luxembourg.
    C’est un domaine assez nouveau pour moi,mais qui m’intéresse énormément!
    Est-ce que vous pouvez me donner quelques informations( livres, references ou autres) sur quel type de formation, comment faire, etc pour mieux les intégrer eux ainsi que leur famille?

    merci d’avance!

    Iara Silva

  2. Bonjour!
    article surprenant!
    je suis en train de faire mon travail de fin d’étude sur l’intégration des cadres/travailleurs brésiliens dans des entreprises en Belgique et au Luxembourg.
    C’est un domaine assez nouveau pour moi,mais qui m’intéresse énormément!
    Est-ce que vous pouvez me donner quelques informations( livres, references ou autres) sur quel type de formation, comment faire, etc pour mieux les intégrer eux ainsi que leur famille?

    merci d’avance!

    Iara Silva

  3. Bonjour Monsieur Soumah-Mis,

    Je trouve cet article surprenant car il permet de se mettre quelques instants dans la peau d’un expatrié et certains problèmes qu’ils rencontrent, et tout cela, par les exemples que vous donnez!
    Ensuite, ce qui a vraiment attiré mon attention, c est “l’irresponsabilité” des entreprises d’envoyer des personnes dans un autre pays avec un fonctionnement propre à ce dernier sans aucune formation( selon les chiffres suivants ” 40% des expatriés n’ont bénéficié, avant leur départ, d’aucun entretien avec le responsable de la gestion des expatriés de leur groupe,
    – Parmi ceux qui avaient besoin d’une formation linguistique avant leur départ, ils ne sont que 29% à avoir reçu une formation suffisante,
    – Quant aux séminaires de préparation à l’expatriation – formation interculturelle, seuls 11% en ont bénéficié,
    – 40% des expatriés ne savaient pas véritablement à quoi s’attendre concernant leur futur environnement professionnel et social.” )

    Comment un expatrié peut travailler de manière optimale si il ne sait communiquer convenablement avec l’équipe avec laquelle il devra travailler et comment s’intégrer dans un groupe, une organisation sans connaître un minimum de la culture de celle-ci! En résumé, comment créer un climat de confiance pour travailler correctement si rien ne permet de créer un lien entre cet expatrié et la nouvelle équipe qu’il intègre!
    C’est normal que ” 30% des expatriations sont des échecs pour mauvaise ou pas de préparation avant le départ”.

    Expatrier quelqu’un coûte sûrement beaucoup aux entreprises, comment peuvent-elles donner si peu d’importance aux formations? Et les expatriés se trouvent sûrement, souvent confrontés à des situations délicates, car pas assez d’informations sur le nouveau pays dans lequel il habite.
    Enfin, voilà deux raisons parmi d’autres pour lesquelles j’ai trouvé votre article intéressant…

    Mon travail de fin d’étude se porte exactement sur cela…j’aimerais savoir ce qui pourrait être proposé comme formation (de manière théorique et pratique). Et si vous avez quelques références concernant l’intégration en général d’un expatrié, cela m’intéresserait également!

    Mon adresse e-mail est la suivante : iarasilna@yahoo.fr

    Merci d’avance,

    Iara Silva

  4. Bonjour Monsieur Soumah-Mis,

    Je trouve cet article surprenant car il permet de se mettre quelques instants dans la peau d’un expatrié et certains problèmes qu’ils rencontrent, et tout cela, par les exemples que vous donnez!
    Ensuite, ce qui a vraiment attiré mon attention, c est “l’irresponsabilité” des entreprises d’envoyer des personnes dans un autre pays avec un fonctionnement propre à ce dernier sans aucune formation( selon les chiffres suivants ” 40% des expatriés n’ont bénéficié, avant leur départ, d’aucun entretien avec le responsable de la gestion des expatriés de leur groupe,
    – Parmi ceux qui avaient besoin d’une formation linguistique avant leur départ, ils ne sont que 29% à avoir reçu une formation suffisante,
    – Quant aux séminaires de préparation à l’expatriation – formation interculturelle, seuls 11% en ont bénéficié,
    – 40% des expatriés ne savaient pas véritablement à quoi s’attendre concernant leur futur environnement professionnel et social.” )

    Comment un expatrié peut travailler de manière optimale si il ne sait communiquer convenablement avec l’équipe avec laquelle il devra travailler et comment s’intégrer dans un groupe, une organisation sans connaître un minimum de la culture de celle-ci! En résumé, comment créer un climat de confiance pour travailler correctement si rien ne permet de créer un lien entre cet expatrié et la nouvelle équipe qu’il intègre!
    C’est normal que ” 30% des expatriations sont des échecs pour mauvaise ou pas de préparation avant le départ”.

    Expatrier quelqu’un coûte sûrement beaucoup aux entreprises, comment peuvent-elles donner si peu d’importance aux formations? Et les expatriés se trouvent sûrement, souvent confrontés à des situations délicates, car pas assez d’informations sur le nouveau pays dans lequel il habite.
    Enfin, voilà deux raisons parmi d’autres pour lesquelles j’ai trouvé votre article intéressant…

    Mon travail de fin d’étude se porte exactement sur cela…j’aimerais savoir ce qui pourrait être proposé comme formation (de manière théorique et pratique). Et si vous avez quelques références concernant l’intégration en général d’un expatrié, cela m’intéresserait également!

    Mon adresse e-mail est la suivante : iarasilna@yahoo.fr

    Merci d’avance,

    Iara Silva

  5. hola,
    mi nombre es cecilia y soy estudiante de intercambio en la universidad de Mannheim , alemania. Estoy escribiendo un paper de expatriacion de managers, y me preguntaba si tienes articulos publicados en español o en ingles ya que lamentablemente no hablo frances, ya que me parecen muy interesantes. Tambien, si me pudieras recomendar literatura con este tema.
    Muchisimas gracias.

  6. hola,
    mi nombre es cecilia y soy estudiante de intercambio en la universidad de Mannheim , alemania. Estoy escribiendo un paper de expatriacion de managers, y me preguntaba si tienes articulos publicados en español o en ingles ya que lamentablemente no hablo frances, ya que me parecen muy interesantes. Tambien, si me pudieras recomendar literatura con este tema.
    Muchisimas gracias.

Responder a clarriag Cancelar respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *