Les français à l’étranger (Part2)

Par Olivier Soumah-Mis

Pour faire suite à la première partie où je m’étais essayé de mettre en avant nos défauts par rapport à un contexte international, une expatriation, voici la deuxième partie ou nous verrons nos qualités.

Une grande qualité que nous avons et qui est très importante et utile à l’international, c’est notre fameux système « D », la débrouillardise nous permet de nous sortir de situations délicates, compliquées. De plus, notre sens pratique nous permet de nager en « eaux troubles », toute fois il est important de ne pas confondre rigueur avec rigidité, ce qui peut nous arriver certaines fois.

Un autre point fort est la qualité de nos relations. Il est certes très difficile de pénétrer ce cercle privé des français, cela prend beaucoup de temps en générale, mais lorsque la personne y parvient alors elle devient un ami, un membre de la famille. Si je compare avec nos amis mexicains, ils fonctionnent à l’inverse, au Mexique vous allez être intégré immédiatement et chaleureusement au sein de la famille, d’un groupe d’amis, mais peut être qu’à la longue vous vous apercevrez que la relation restera plus superficielle.

Ce qui peut séduire nos hôtes, c’est notre grand intérêt pour l’histoire et la culture du pays dans lequel nous sommes. Pas question d’aller à Cancun sans aller voir des sites archéologiques Mayas, de s’informer sur ces cultures avant d’y aller afin d’essayé de les comprendre et d’imaginer ce qu’elles étaient au temps de leur splendeur.

Le français, comme d’autres est paradoxale, nous sommes réputés pour notre arrogance mais dans le même temps nous serons très sensible à la détresse des personnes dans certaines situations, comme les catastrophes naturelles ou tout simplement face à la pauvreté, nous faisons toujours parti de ceux qui donnent le plus aux organisations non gouvernementales (ONG) pour les soutenir dans leurs efforts d’aide aux plus démunis. Cette sensibilité nous permet d’être au contact de ces populations et participe à l’aprioris favorable que l’on peut trouver très souvent lorsque l’on est à l’étranger envers nous.

Nos peurs, nos freins font souvent que nous exploitons mal nos qualités, nous n’osons pas aller vers l’autre, mais lorsque nous allons au-delà de ces peurs alors nous éprouvons de grandes satisfactions à communiquer avec d’autres cultures, dans d’autres langues. Notre culture de la perfection nous limite, notre peur d’être ridicule, en parlant mal la langue par exemple, nous freine. Personne ne vous demande de parler l’espagnol de Cervantès, mais juste d’être capable de communiquer, de comprendre et de vous faire comprendre. A l’international il est très important d’avoir le sens de l’humour et d’être capable de rire de soi même, et non des autres comme nous aimons tant le faire. Comparez l’humour mexicain avec le notre…

2 comentarios en “Les français à l’étranger (Part2)

  1. Lorsque je vivais a Mexico, j’evoluais tout d’abord dans deux communautes, la francaise et l’americaine. J’arrivais des Etats-Unis et j’avais une bonne communication avec ces gens. Mais j’ai ete frappee par l’incapacite de beaucoup d’Americains a comprendre le Mexique, et je me suis concentree sur la communaute francaise et mexicaine. Les Francais non seulement prennaient des cours d’Espagnol et parlaient assez vite cette langue, mais se passionnaient pour la culture mexicaine, comme dit le blog, pas question d’aller a Cancun sans voir les sites archeologiques etc… Au bout de deux ans au Mexique, tous semblaient avoir visite tous les sites culturels. J’ai apprecie l’attitude du Francais au Mexique…

  2. Lorsque je vivais a Mexico, j’evoluais tout d’abord dans deux communautes, la francaise et l’americaine. J’arrivais des Etats-Unis et j’avais une bonne communication avec ces gens. Mais j’ai ete frappee par l’incapacite de beaucoup d’Americains a comprendre le Mexique, et je me suis concentree sur la communaute francaise et mexicaine. Les Francais non seulement prennaient des cours d’Espagnol et parlaient assez vite cette langue, mais se passionnaient pour la culture mexicaine, comme dit le blog, pas question d’aller a Cancun sans voir les sites archeologiques etc… Au bout de deux ans au Mexique, tous semblaient avoir visite tous les sites culturels. J’ai apprecie l’attitude du Francais au Mexique…

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *